Comment les partis politiques camerounais exploitent le coronavirus pour accroitre leur popularité

Article : Comment les partis politiques camerounais exploitent le coronavirus pour accroitre leur popularité
Crédit:
11/11/2020

Comment les partis politiques camerounais exploitent le coronavirus pour accroitre leur popularité

Comme pour d’autres situations au Cameroun, le gouvernement n’a pas pris des mesures d’accompagnement, sinon la distribution des seaux utilisés dans les chantiers de construction, quelques savons, et du riz orca détourné.

Par contre, la diaspora, la  société civile, les entreprises, les familles, les médias et de nombreux autres groupes se sont mobilisés pour se joindre aux efforts visant à atténuer les conséquences locales de la pandémie. Les partis politiques se sont également proposés pour fournir des services au peuple. Bien que ces efforts puissent s’avérer vitaux à court terme, ils auront en fin de compte un effet positif sur le Cameroun, du moins pour ceux qui ont œuvré pour apporter un véritable aide humanitaire aux populations impactées par la pandémie.

L’aide comme outil de campagne

Les partis politiques, notamment le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) ont déployé un large éventail de mécanismes dans la « guerre » contre le coronavirus. Le MRC a lancé une collecte de fonds. Les Camerounais ont répondu massivement à cette collecte, notamment ceux de la diaspora. Géré par Survie Cameroun, la branche humanitaire du MRC, elle affirme avoir collecté 721 millions de FCFA à travers des systèmes numériques de transfert d’argent. Arborant des tenues « Survie Cameroun » faisant des tournées et partageant des masques, des gels hydro-alcooliques, des savons, des sacs de riz et autres produits de première nécessité.

Survie Cameroun a organisé des visites pour les journalistes internationaux et locaux afin de montrer les préparatifs en cours. Des photos de masques customisés avec les logos de « Survie Cameroun » sont distribués, tout comme la pulvérisation de désinfectant dans les rues, ces mesures ont accru la popularité du parti politique. Elles en disent long sur la conquête du pouvoir par le MRC .Les partis visent avant tout à faire ce que le gouvernement n’a pas pu faire, ou du moins à s’ériger en véritable assistants du peuple dans sa vulnérabilité en pleine pandémie.

Des gels hydroaclcooliques distribués par Survie Cameroun
Crédit photo: Eric Mezatio

Des racines historiques

Les réponses des partis politiques à la crise sanitaire doivent être comprises à la lumière de la manière dont la gouvernance a historiquement pris forme au Cameroun. Depuis l’État du Cameroun a démissionné dans l’attribution des services clés à la société, notamment en matière d’éducation et de santé. La phase post-coronavirus au Cameroun se définit par l’effondrement économique, voire la faillite de l’État. La chute de la production, l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat, le chômage, la faillite de nombreuses entreprises et les licenciements sont des défis à affronter.

Le Cameroun importe plus de 85 % de ses produits alimentaires de base. Aujourd’hui, 65 % de camerounais vivent dans la pauvreté et 22 % dans l’extrême pauvreté. L’inflation monte en flèche et devrait atteindre 25 % cette année. Les mesures de lutte contre le coronavirus mises en place par le gouvernement sont ambiguës, tardives et caractérisées par les détournements des dons destinés à la population.

Pour les partis politiques d’opposition, peut-être plus que jamais auparavant, l’heure est venue de se concentrer sur la culture de l’espoir et de regarder les crises, tant sanitaire qu’économique, non pas comme une fin mais comme un moment constitutif pour l’avenir du pays  à l’instar de nombreux appels à travers la planète à imaginer un monde nouveau. Cet espoir n’est pas un projet utopique. Ce devrait être un projet politique à même d’assurer la jonction entre l’utopie et les intérêts de ceux qui souffrent le plus du système.

Partagez

Commentaires