La prostitution se porte bien au Kenya

Article : La prostitution se porte bien au Kenya
08/06/2020

La prostitution se porte bien au Kenya

Au cours d’un séjour à Nairobi, au Kenya, j’ai été frappé de découvrir que la prostitution y était une activité largement répandue, notamment dans le quartier où je séjournais…


Mon séjour au Kenya en décembre 2019 m’a permis de découvrir d’incroyables surprises dans ce pays de l’Afrique de l’Est qu’est le Kenya. La prostitution au Kenya est une pandémie, un phénomène transnational qui se porte très bien, puisque la situation juridique du pays en la matière est assez mystérieuse. Bien que la prostitution ne soit pas criminalisée par la loi, les règlements municipaux peuvent l’interdire.

Au Kenya, il est illégal de tirer profit de la prostitution d’autrui et d’aider, d’encourager ou de contraindre, ou encore inciter à la prostitution. Les articles 153 et 154 du Code pénal kényan sont clairs, mais c’est tout autre chose dans la réalité.

Comment j’ai percé le mystère

C’est peut être aussi un mystère que d’être ouvert à l’inconnu. Je ne suis jamais allé au Kenya pour savoir comment se porte la prostitution, mais mon environnement m’a poussé à en parler et j’ai été obligé d’enquêter sur cette question.

Comme d’habitude, je suis ouvert à l’inconnu et c’est à partir de ce moment que j’ai commencé à faire de nombreuses déconstructions. Au Kenya, j’étais logé au Sunrise Hôtel, situé dans une ruelle de Nairobi, la capitale, appelée Keekorok Road. J’ignorais totalement que ce secteur de Nairobi était connu pour la vente du piment.

Chaque soir au coucher, les bars de Nairobi mettent la musique et je me suis réveillé plusieurs fois en pleine nuit à cause des bruits de musique. Puisque ça se répétait, Je me suis dis un jour à 01 heure du matin, bah tiens, je vais regarder ce qui se passe à l’extérieur.

C’est à ce moment précis que je tire les rideaux et j’observe les mouvements de femmes en mini-jupe sillonnant la ruelle de Keekorok Road, entrant et sortant des bars et autres lieux que je n’arrivais pas à bien identifier. J’ai compris que j’étais dans un lieu où se font les opérations de vente et d’achat du piment.D’innombrables prostituées, avec probablement des clients faisaient des entrées et sorties. Le lendemain j’ai décidé de me renseigner davantage auprès des responsables de mon hôtel.

une rue de nairobi au kenya prostitution
La ruelle appelée Keekorok Road de nuit, au rythme de sons et de couleurs, l’une des rues vivantes de Nairobi, Nairobi CBD, Kenya. Keekorok Road sert de jonction entre River Road et Kodja Croassroad
Crédit photo: Kenfack Dirane

                             

La prostitution est plus répondue que ce qu’on pourrait imaginer !

Les responsables de mon hôtel m’ont fait comprendre que la prostitution au Kenya est toute une industrie. C’est un phénomène international, regroupant donc des nationalités multiples. Des femmes somaliennes, éthiopiennes, érythréennes, soudanaises, kényanes, ougandaises, indiennes, malgaches, pakistanaises, etc., y pratiquent la prostitution. Cela est bel et bien réel, car lorsque je suis allé une nuit dans le secteur de River Road à Nairobi CBD, un autre lieu réputé pour la délinquance, les trafics de stupéfiants, la prostitution, la promiscuité, j’ai observé des patrouilles de police qui sont parfois débordées par ces fléaux courants.

Une fois la police repartie, les activités reprennent. Le phénomène de la prostitution est donc universel et transnational. Ce n’est pas le propre des pays sous-développés, c’est un problème social inhérent à toutes les sociétés humaines. Je me suis posé la question de savoir pourquoi ceux qui nous ont invité à Nairobi ont choisi cet hôtel à cet endroit pour nous loger. Mais je me suis dit en même temps que cela m’a permis de comprendre cet état des choses sans lequel je n’aurais rédigé ce billet et ensuite, l’avantage c’est que c’est situé au centre-ville de Nairobi et à partir de là il est facile d’aller à pied à l’Université de Nairobi, au Centre International Jomo Kenyatta, aux archives Nationales du Kenya, bref malgré le milieu un peu malsain, il y a un avantage tout de même qui offre la possibilité de visiter Nairobi facilement à pied afin de mieux la connaitre. Malgré la prostitution à Nairobi, j’ai aimé cette ville magnifique et chargée d’histoire, j’aimerais encore y retourner pour voir les Matatus et dire encore Bonjour, « Jambo » en swahili.

prostitution dans le quartier de river road
River Road la nuit, Nairobi CBD, Kenya. River Road est avec Keekorok Road les lieux de vente et d’achat du piment à Nairobi
Crédit photo: Kenfack Dirane

Partagez

Commentaires

Tsopze
Répondre

😹😹😹😹😹😹😹😹

Kenfack Dirane
Répondre

Merci infiniment, bien à vous!

SIMO DJILO Jacques
Répondre

Fait sociétal très ancien que l'histoire humaine. Ce qui est plus choquant est le monument justificatif banal que les auteurs bâtissent autour de cette calamité sociale.

Ecclésiaste Deudjui
Répondre

Merci pour la découverte

Kenfack Dirane
Répondre

Merci

Kenfack Dirane
Répondre

Merci, idem.