À quoi nous servent les conférences, les débats, les tables rondes?

Article : À quoi nous servent les conférences, les débats, les tables rondes?
11/06/2020

À quoi nous servent les conférences, les débats, les tables rondes?

J’ai l’habitude de participer à de nombreuses conférences au Cameroun et à l’étranger portant sur les questions de colonisation et de décolonisation du maintien de la paix de lutte contre l’extrémisme, de citoyenneté etc. Pour moi, les bienfaits d’aller écouter des gens nous livrer des informations, ou aussi de partager son point de vue des sujets fort intéressants enrichissent la connaissance . Mais, on peut se poser la question de savoir pourquoi les jeunes sont peu intéressés par les conférences? les boites de nuits sont plus populaires que les lieux de conférences et les résultats attendus à l’issue des conférences ne sont pas toujours visibles. à quoi servent-t’elles donc?

Lorsque j’observe la salle lors d’une conférence, je me rends compte que certains s’éclipsent toujours avant la conclusion. Au milieu, histoire d’avoir une estimation assez juste. Si je vous raconte cela, c’est parce que j’ai participé à ma dernière conférence avant le coronavirus en février 2020 à l’Alliance franco-camerounaise de Dschang, représentant avec mes collègues le Lycée de Zenmeh, conférence organisée dans le cadre de la semaine de la jeunesse et ô miracle, le public jeune des lycées était vraiment au rendez-vous. Et pourtant, sur papier, ce n’était pas gagné !

Le rendez-vous du partage

Un après-midi dans la salle Manu Dibango de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang, cela ne devrait guère attirer foule, me disais-je en m’y rendant. J’avais tout faux. Même si la salle n’était pas comble, il y avait pas mal de monde pour écouter ce que mes collègues et moi avions à dire et expliquer aux jeunes l’intérêt de la fête de la jeunesse.Oui, vous aurez noté que ma présence n’était pas le fruit du hasard ou de mon seul intérêt pour le sujet. Mais peu importe la raison pour laquelle j’y étais, l’essentiel est ailleurs.

plus d’une centaine de jeunes avaient fait le déplacement pour s’asseoir dans une salle et écouter des gens parler. Mais ce ne fut pas la seule réussite. La soirée a été très conviviale, notamment grâce aux exposés des panélistes, aux interventions et aux questions posées par des élèves et personnes de l’équipe pédagogique du lycée. Une bonne idée, bien exécutée, et très appréciée par tous. C’était à la fois surprenant et agréable de voir des élèves aussi impliqués et ravis d’entendre nos réactions enchantées et nos applaudissements.Nous avons échangés ce jour là sur le thème «Jeunesse et participation à la décentralisation », avec pour intervenants Kenfack Dirane, Teubeu Rodrigue, Makitik Louis-marie.Le public était encore au rendez-vous pour écouter le débat .

Éduquer et sensibiliser par les conférences

La question de la responsabilité des jeunes se pose , notamment la construction d’ une société responsable.La citoyenneté signifie la participation à l’avancée du pays.Un bon citoyen est formé, informé et cultivé et les conférences sont une occasion d’accroître la connaissance ,de comprendre d’apprendre, de s’informer, de confronter les idées et de faire des déconstructions. Au Cameroun, les jeunes ne portent pas trop d’intérêt pour les conférences, ce qui explique parfois la crise de citoyenneté,les déviances et de nombreux égarements chez les jeunes.Il est donc important de donner aux jeunes la culture et l’amour des conférences , des débats, pour se préparer à devenir de futurs leaders capables d’influencer la réalité et de faire face à leurs responsabilités.

Partagez

Commentaires